Vous envisagez le divorce ou c’est votre conjoint qui souhaite se débarrasser de vous. Toutefois, n’attendez pas, car celui qui engage le divorce a le droit de choisir le type. Cela dit, les problèmes primordiaux d’une séparation concernent le choix de la forme (conflictuelle ou amiable) et les enjeux du divorce. Ce guide vous aidera comprendre les points essentiels pour bien préparer votre divorce.

Les différents types de divorces

Selon la loi, il y a 4 formes de divorce : par consentement mutuel, pour faute, par acceptation du principe et pour altération définitive du lien conjugal. Si vous et votre époux souhaitez maintenir des rapports cordiaux et que vous vous êtes mis d’accord pour divorcer compte tenu du principe et des conséquences, la meilleure option est le divorce par consentement mutuel. Si vous pouvez vous entendre sur le principe et non sur les conséquences de la rupture du mariage, optez pour le divorce sur acceptation du principe. Par contre, si vos rapports sont devenus très tendus, si vous vous reprochez des faits comme violation grave, qui rendent la vie commune impossible, vous pouvez divorcer pour faite. Enfin, si vous voulez divorcer sans vous reprocher des fautes, sachez que le juge peut prononcer le divorce en constatant simplement une altération définitive du lien conjugal. Cela découle une séparation affective et matérielle prolongée.

Les enjeux d’un divorce

La première question concerne les enfants. Pour la résidence de vos progénitures, vous pouvez en discuter avec votre conjoint pour trouver un commun accord. Cela peut être chez l’un des deux parents ou en alternance. Dans le cas échéant, le juge va fixer la résidence des enfants en tenant compte de leur intérêt. Le parent qui ne vit pas avec eux a un droit de visite et d’hébergement. Les jours et les heures de visite sont déterminés en commun. Autrement, le tribunal va décider des modalités. En général, ce sera un weekend sur deux et une partie des vacances scolaires. Quant à l’autorité parentale, elle s’exerce conjointement. Lors d’un conflit et si l’intérêt des enfants le demande, le juge peut l’attribuer à un seul des parents. Cela dit, l’autre a toujours le droit et le devoir de s’en occuper et de participer à leur éducation. Pour la pension alimentaire, elle est à verser périodiquement et a pour but de faire vivre ceux qui sont dans le besoin. Pour fixer le montant, il faut considérer les besoins et les ressources de chaque partie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.